Critiques des étudiants de B1.3

 

Ce semestre, les 4 étudiants de la classe B1.3 ont lu un livre qu’ils vous recommandent aujourd’hui. Après avoir lu et écrit chacun une critique, ils ont échangé leurs livres entre eux et ont réalisé un petit débat pour comparer leurs lectures.

Voici les critiques de deux des livres qu’ils ont choisi à la médiathèque de l’AFBH :

La tête d'un homme | Georges Simenon

La tête d’un homme, George Simenon (Antonio)

Ce livre est un des cent livres que Georges Simenon a écrit dont le personnage principal est le célèbre commissaire Maigret, de la police judiciaire de Paris. Il est solitaire, un peu triste, et son monde est avant tout intérieur. Il est marié avec une femme très discrète qui le comprend bien, mais qui ne lui demande rien sur ses enquêtes. Il a deux auxiliaires sur qui il compte pour solutionner ses enquêtes.

La tête d’un homme est un roman policier écrit en février 1931 et publié en septembre 1931.

Dans ce livre, Maigret décide d’ouvrir à nouveau l’affaire d’un homme qui était accusé d’avoir assassiné Madame Handerson et sa domestique. Heurtin était condamné à mort pour ce crime, mais Maigret était persuadé de l’innoncence de Heurtin et l’aide à échapper de la prison. Il pense, peut-être, que Heurtin, une fois libre, pourrait le mener au vrai assassin. Les journaux parlent de l’évacuation de Heurtin d’une manière normale, sauf Le Soufflet qui mentionne l’aide de la police judiciaire à Heurtin. Maigret découvre que Le Soufflet avait reçu une lettre anonyme racontant ce que le journal a publié. Des analyses de laboratoire montrent que la lettre avait été écrite au café la Coupole, où se passe l’action principale de roman. Dans ce café, Maigret centralise ses enquêtes…

Ce livre est amusant mais pas superficiel. Un livre qu’on ne peut pas arrêter de lire, avec lequel on peut connaître Paris de la première moitié du XXe siècle, ses bars et restaurants, ses rues et boulevards. C’est un voyage psychologique et aussi une promenade dans une ville qui n’existe plus.

Résultats de recherche d'images pour « le mur sartre »Le mur, Jean-Paul Sartre (Filipe)

Le Mur nous raconte l’angoisse d’attendre la mort. En utilisant son élégance verbale, Jean-Paul Sartre narre l’histoire de trois personnes qui ont été emprisonnées par les soldats du gouvernement de Francisco Franco en Espagne.

Après avoir été condamnés à mort, ils l’attendent pendant toute la nuit, en compagnie du désespoir, qui se manifeste dans le corps et l’esprit. La description des états psychologiques et physiques est impeccable, bien détaillée, en évoquant la tension et les réflexions. C’est un texte bien élaboré, dont l’auteur doit être félicité pour savoir pénétrer dans les questions majeures de la vie avec beaucoup de sentiments, mais sans faire du conte un simple mélodrame. Pourtant, le contexte n’est pas très clair, donc il faut que le lecteur soit attentif, curieux, et qu’il ait quelques connaissances préalables de l’histoire espagnole.

A la fin, Sartre nous présente un grand renversement, très ironique, qui nous laisse à penser.

1 comentário

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

Esse site utiliza o Akismet para reduzir spam. Aprenda como seus dados de comentários são processados.